2ème Guides

Historique

 

Le 2ème Régiment des Guides, commandé par le Colonel FOURCAULT, faisait en 1914, partie de la Division de Cavalerie, sous les ordres du Lieutenant-général de WITTE, et formait, avec le 1er Guides, la brigade de Cavalerie du Général de MONGE.

 

Dès l’entrée en campagne, il prit part, avec la D.C., à la garde de l’armée en voie de concentration, et à la protection de la retraite de la Division de Liège, tandis que ses reconnaissances jalonnaient le front des troupes. La première de ces patrouilles renseigna la violation du territoire, à l’aube du 4 août, dans la région de Malmédy, d’autres détachements observèrent l’envahisseur dans le Limbourg.

 

Le 12 août, le régiment est à Haelen, dont le nom brille en lettres d’or sur son étendard. A Budingen, le 18 août, le 1er escadron s’illustra par une résistance opiniâtre contre les forces très supérieures en effectifs et armement ; Le Lieutenant Comte Wolfgang d’URSEL et de nombreux cavaliers y trouvèrent, dans les tranchées de la Gette, une mort glorieuse.

 

Bientôt l’armée se retirait sous Anvers et procédait à plusieurs sorties offensives auxquelles le 2ème Guides prit part : le 28 août, il est à Werchter, le 9 septembre à Aerschot, le 10 septembre à Pellenberg, le 26 septembre à Alost et à Assche.

 

Durant la retraite d’Anvers à l’Yser, le régiment, passé sous les ordres du Colonel d’HESPEL, est, avec la D.C., à l’arrière-garde de l’armée et en contact constant avec l’ennemi. Citons les étapes sanglantes d’Overmeire, Liedekerke, Stadenberg, Geite-St-Joseph et, le 20 octobre, la défense d’Eessen, sous un violent bombardement.

 

Le 20 octobre, la D.C. franchit l’Yser ; une vie nouvelle commence pour la cavalerie. Ses escadrons mettent pied à terre et participent avec l’escadron cycliste de nouvelle formation, à la défense des tranchées. On les rencontre à Pervyse, Oud-Stuyvekenskerke, Drie-Grachten, Luyghem, Steenstraat, Dixmude. Le 8 mars 1918, les patrouilles du 2e Guides concourent à l’héroïque défense de la Grand’Garde du Reigersvliet.

 

Octobre 1918 : le régiment remonte à cheval, repasse l’Yser et, fort de sa double expérience de cavalier et de fantassin, prend une part active à la libération du territoire. Nous trouvons à la tête de la division, le Lieutenant-général LEMERCIER, de la brigade Guides, le Général Baron BUFFIN, du 2ème Guides, le Colonel du ROY de BLICQUY. Sous la conduite de pareils chefs « l’esprit cavalier » anime toutes les unités et la charge à cheval retrouve son heure de gloire à Zedelghem, le 18 octobre.

 

Une batterie d’artillerie et des mitrailleuses arrêtaient les troupes belges. Le Colonel du ROY de BLICQUY, à la tête de son 1er escadron, les charge, sabre au poing, tue ou disperse les servants et réduit les pièces au silence.

 

Le 18 octobre, encore, Lophem et Steenbrugge sont conquis ; le 20 octobre, à Maldeghem, le régiment s’empare des positions ennemies après un violent combat qui valut au 2ème Guides d’en commémorer le souvenir par l’inscription « Maldeghem » sur son étendard.

 

La guerre touche à sa fin ; la marche se poursuit, pénible, dans un pays humide coupé de haies et de fossés, semé de mitrailleuses en embuscade. La grippe affaiblit les hommes et fait fondre les effectifs. Soutenus, cependant, par la joie de reconquérir leurs foyers, les cavaliers combattent avec courage et endurance, libèrent encore Cluysen le 3 novembre, et l’armistice les trouve à Bassevelde où s’arrête leur victorieux élan.